Une membre de l’ACI parraine 23 enfants à l’autre bout du monde

Picture of Jacqueline Chilliak
Jacqueline Chilliak, with Century 21 Fusion in Saskatchewan.

Jacqueline Chilliak contribue au bien-être de 23 enfants vivant à l’autre bout du monde.

Depuis 1991, l’agente de Century 21 Fusion en Saskatchewan parraine des enfants vivant dans des pays démunis. Les conditions de vie difficiles qu’elle avait observées durant un séjour en Afrique l’avaient poussée à agir une fois de retour.

« Un après-midi, alors que je m’apprêtais à dîner, j’ai vu passer l’une des annonces de Vision Mondiale. C’est à ce moment que j’ai pris ma décision. »

Durant neuf ans, Mme Chilliak a parrainé deux enfants. Mais en 2000, elle décide d’augmenter ses dons lorsqu’elle commence à acheter des biens immobiliers.

« Je me suis mise à penser que si j’étais capable de me payer une autre maison pour mes vieux jours, alors je devais pouvoir faire une différence dans la vie de quelqu’un », raconte-t-elle.

Depuis ce temps, elle parraine un enfant chaque fois qu’elle achète une propriété. Aujourd’hui, cela veut dire 23 parrainages dans 18 pays. D’autres événements marquants de sa vie l’ont aussi poussée à parrainer des enfants, notamment le décès de son père.

« Peu de temps après, j’ai appris que l’un des enfants avait le même nom que mon père et que sa mère s’appelait comme ma mère. Je ne suis pas très pieuse, mais je suis spirituelle, donc ça avait quelque chose de spécial », explique-t-elle.

Elle parraine la plupart des enfants par l’entremise de Vision Mondiale, mais aussi de Plan International Canada, une organisation indépendante à but non lucratif vouée au mieux-être des enfants. Selon ses estimations, elle donne de 35 à 45 $ par mois par enfant.

Le moment le plus gratifiant pour elle a été lorsque l’un des enfants qu’elle parraine a atteint ses 18 ans et qu’il n’était donc plus admissible au programme de parrainage. Mme Chilliak avait reçu par la poste une lettre décrivant la façon dont sa contribution avait significativement et irrévocablement amélioré la vie du jeune homme.

« Il y disait que sans moi, il n’aurait pas eu la vie et les occasions qu’il a eues. Grâce à moi, il a pu rester à l’école, maintenir une bonne santé et se nourrir. C’était vraiment formidable », a-t-elle expliqué.

Elle a aussi reçu une vidéo de remerciements d’une fille qui avait reçu un ballon de soccer dans son colis de dons. On l’y voyait jouant avec le ballon avec ses amis du quartier.

Mme Chilliak dit continuer de faire connaître les causes chères à son cœur.

« Je veux mieux faire connaître le parrainage d’enfants parce que trop d’enfants souffrent tous les jours de maux qu’on ne saurait même pas s’imaginer. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


@realtorscare